Addiction médicamenteuse et bisexualité face à l’angoisse de castration
article

Addiction médicamenteuse et bisexualité face à l’angoisse de castration

L’habitude addictive paraît atténuer les affects d’inquiétude, de culpabilité, de colère chez des sujets aux assises narcissiques fragiles1. Elle leur permettrait de lutter contre un effondrement dépressif ancien par une défense maniaque. À partir du cas singulier de Charles F., un patient abusé dans l’enfance, dépendant des médicaments à l’adolescence, doutant de son orientation sexuelle, nous faisons l’hypothèse que les séductions précoces et les carences affectives auxquelles il a été confronté, ont contribué à fixer une sexualité infantile qui a perdu la souplesse de ses investissements d’objet. Sigmund Freud (1905) situe la disposition aux perversions dans une composante psychologique universelle de la sexualité normale. La disposition perverse polymorphe est donc caractérisée par l’auto-érotisme, soumise au primat des zones érogènes et des pulsions partielles que Freud retrouve chez les adultes pervers où elle n’aurait pas succombé au refoulement. La libido rivée à des satisfactions partielles, prégénitales et a-conflictuelles régresse ou reste bloquée. La perversion résulterait d’un non-renoncement à l’auto-érotisme et à la persistance des pulsions partielles non refoulées sans accéder à l’investissement d’objet et génital assorti d’un surmoi efficace. L’enfant pervers polymorphe et le pervers ne recherchent pas dans l’autre la satisfaction d’un objet total et ils poursuivent une quête de satisfaction sans limites. Or Joyce Mc Dougall, à la suite de Freud, relie aussi la perversion de l’adulte au polymorphisme chez l’enfant de la sexualité infantile. Cette auteure parle de solution néo-sexuelle pour des fétichistes, exhibitionnistes, travestis ou sado-masochistes s’efforçant de rester hétérosexuels malgré leur homosexualité souvent non assumée ; outre les aspects génitaux de la scène primitive et des fantasmes phalliques œdipiens, le théâtre d’Eros met en scène chez ces sujets des fantasmes pré-génitaux d’échanges érotiques anaux, sadiques anaux, vampiriques, de perte des limites corporelles. Cette sexualité symptomatique correspond à une tentative d’auto-guérison pour échapper à la…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.