La métamorphose des humeurs et le spectre des addictions
article

La métamorphose des humeurs et le spectre des addictions

Le titre de cet article contient à la fois le mot humeur et le mot spectre. Quel est le rapport entre les deux ? Nous savons que la théorie des humeurs, qui s’est développée dans l’Antiquité grecque, s’est prolongée à la Renaissance (le plus célèbre livre sur la mélancolie de la Renaissance est L’Anatomie de la mélancolie de Robert Burton, paru en Angleterre en 1621 1) pour finalement se diffuser très largement au XIXe siècle, à l’époque où les aliénistes recherchaient toujours dans le cerveau des fous l’épanchement d’ « humeurs corrosives », « des vaisseaux farcis de matières noirâtres, poisseuses et délétère 2 ».

Quatre humeurs sont présentes chez Hippocrate - sang, bile jaune, bile noire et flegme - associées à quatre substances - parfois le sang, l’eau, le flegme et la bile 3 - qui, au contact les unes des autres, « s’échauffant et se refroidissant, se desséchant et s’humectant l’une l’autre contre nature produisent des maladies »4.

Cette théorie antique des humeurs n’est-elle pas déjà régie par une logique de l’imaginaire 5 ? Dans son statut intermédiaire entre le psychologique et le physiologique, le métaphorique et le cosmogonique, l’humeur, tout comme la pulsion, ne demeure-t-elle pas toujours une énigme pour la psychanalyse ? Cette bipartition chaud-froid, sec-humide, dont les grecs avaient eu l’intuition, n’est-elle pas essentielle pour comprendre le rapport entre troubles de l’humeur et troubles bipolaires ?

Une autre question se présente. Les humeurs font généralement référence aux substances liquides qui circulent dans le corps, comme en fait état le dictionnaire (sueur, urine, sperme, règles de femme, sécrétions vaginales, sang, eau). Ne serait-t-il pas intéressant de les mettre aussi en rapport avec les matières solides (aliments et matières fécales) et gazeuses (air) qui pénètrent de…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.