L’addiction entre resomatisation de l’affect, refoulement et “mémoire amnésique”
article

L’addiction entre resomatisation de l’affect, refoulement et “mémoire amnésique”

Chez nombre de sujets addicts, la dépendance affective à l’objet externe - y compris l’analyste - sollicite des fantasmes d’intrusion, de pénétration, voire de proximité sexuelle teintée d’incestualité, provoquant une crainte à la fois d’emprise, d’aliénation mais aussi d’abandon. Une des multiples questions que nous posent ces sujets addicts est ainsi de comprendre les rapports entre ces deux dépendances : affective d’un côté, comportementale de l’autre dont les composantes dynamiques reposent la question du fondement narcissique dans laquelle s’enracine la dépendance, à savoir celle à l’objet primaire, à l’environnement, leurs vicissitudes, leurs défaillances, leur intrusivité.

Vues sous cet angle, les addictions apparaissent comme permettant une forme de resomatisation, re-sensorialisation par l’excitation, d’affects dont l’intensité dépasse toute associativité et utilisation de la représentation verbale, du « représentant-représentation » de la pulsion. Outre le concept de « perception motrice » trouvé dans « L’Esquisse », Freud offre un autre modèle à la conduite addictive. Il le fait à partir d’une maladie psychosomatique, l’épilepsie. Il y avance en effet l’hypothèse dans celle-ci d’un mécanisme de « décharge pulsionnelle anormal préformée organiquement »1 ». La crise d’épilepsie exprimerait une tendance à l’autodestruction par désunion de la composante sadique de la pulsion sexuelle d’avec son support, l’appareil musculaire. Dans l’addiction, cette désunion est toutefois relative. En fait, appareil d’emprise, la musculature, y est sollicitée mais « découplée » de toute représentation consciente des fantasmes sadomasochistes. A l’inverse de l’épilepsie la composante sadique serait moins « désunie » que « mal unie » avec l’appareil musculaire. En fait, cette « mes-union » de la pulsion sexuelle d’avec son étayage à l’appareil d’emprise serait aidée par une fragilisation première de la dynamique pulsionnelle : celle que Freud avance concernant l’épilepsie, à savoir une « décharge pulsionnelle anormale préformée organiquement ».

L’appétence addictive, à l’instar du symptôme somatique, pourrait être appréhendée comme resomatisant un…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.