Le sujet tel qu’il s’ouvre
article

Le sujet tel qu’il s’ouvre

L’organisation de ce colloque résulte en bonne partie d’interrogations sur les positions théoriques divergentes gravitant autour de la notion de « traumatique ». Elles utilisent les mêmes mots, interprètent bien sûr une clinique commune mais tendent des conceptualisations très différentes. Le fond, à la fois de ce qui mettrait le plus facilement d’accord et, en même temps et très vite anime bien des contradictions, se centre d’une abréviation devenue extrêmement commune et finalement plutôt floue : « trauma ». Comment élargir le mot ? lui redonner sa gravité, son poids propre, son histoire singulière ? Voilà, il s’agit de passer au tamis cette question, à travers la clinique des états limites à l’adolescence laquelle va nous permettre, il nous semble, de mieux dérouler une nécessité de différenciation, de penser ce « trauma » certainement pas comme ensemble reproductible pour tous les âges et tous les types d’individus.

En effet, toutes les hypothèses étiopathogéniques sur le fonctionnement limite ont relevé la notion d’antécédents de traumatismes, d’impacts traumatiques et nous interrogerons ce lien qui apparaît dès lors comme d’évidence pour nombre de professionnels. Seulement… parle-t-on tous de la même chose ? Le titre retenu, « Mémoire Traumatique et fonctionnement limite », axe la réflexion en laissant facilement évoquer le concept de Trace mnésique, soit l’axe développemental d’une pré-organisation limite.

Ceci rejoint évidemment la théorie de l’après-coup, laquelle renvoie immédiatement à ce qui précède, faisant un pont - une mémoire ? - avec ce qui se dégage d’un évènement. Les traces mnésiques contiennent les expériences sensorielles, également des petites quantités qui, n’ayant pu être élaborées, associées à des ensembles mnésiques plus grands, sont restées en suspens, en attente. On insistera ici sur la base sensorielle de l’enregistrement, la trace mnésique étant définie entre conscience et perception : nous verrons grâce à François…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.