Comment résister aux projections parentales ?
Dossier

Comment résister aux projections parentales ?

Dans les études longitudinales prospectives se pose toujours la question de ce qui persistera ou disparaîtra chez le jeune enfant au cours du développement. C’est toute la question de la continuité-discontinuité.

Dans nos études longitudinales, nous étions toujours frappés par la continuité robuste des projections maternelles sur l’enfant au cours du temps. De ce fait, nous avions parié que ces projections, selon leur degré de pénétrance, allaient plus ou moins profondément orienter les choix psychiques de l’enfant.

Chez certains, se créaient des équivalents de cryptes (Abraham, Torok), alors qu’on notait chez d’autres la continuité d’une aliénation par le projet parental causant simultanément un processus de dé-subjectivation. Chez d’autres, encore, si on percevait les empreintes subtiles des significations partagées, les enfants semblaient composer assez adroitement - et sans trop de frais - avec les introjections des projections parentales.

A l’époque on invoquait beaucoup la transmission transgénérationnelle et nous étions incapables de déchiffrer les caractéristiques psychiques des enfants parvenant à s’affranchir des pressions parentales - créant la discontinuité - comparées aux soumissions dont devaient s’accommoder d’autres qui révélaient la continuité de la colonisation parentale. Nous pensions bien que certaines fonctions psychiques jouaient un rôle déterminant dans ces processus d’hébergement ou de résistance à ces projections.

Tout d’abord, on évoquait la toxicité des projections, c’est-à-dire, leur degré de coercition, d’emprise et de pénétration. Puis on notait les situations où la tiercéité était assez puissante pour éviter à l’enfant une inféodation totale à un parent.

Enfin, on s’est rendu compte que l’activité défensive des enfants jouait un rôle important : si certains enfants hébergent des valeurs parentales qui sont idéalisées et deviennent…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.
dossier
13 articles
Clivages : entre séparation et rupture