La nécessité transculturelle aujourd’hui pour une société «bonne» pour tous
Dossier

La nécessité transculturelle aujourd’hui pour une société «bonne» pour tous

En France, s’est développée depuis près de trente ans après les USA et le Canada, une approche transculturelle qu’en France on aime appeler ethno-psychanalytique dans la lignée de Georges Devereux pour mieux comprendre et donc mieux soigner les migrants et leurs enfants. Ceci est dû au fait que la France est un vieux pays d’immigration avec un passé colonial important qu’elle doit transformer en capacité à construire du lien en clinique et ce, dans une société française devenue, comme la plupart des pays européens, multiculturelle. D’autres pays en Europe ont développé ce souci transculturel plus récemment comme la Belgique, la Suisse, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et depuis peu l’Italie, pays qui a d’abord envoyé des migrants dans le monde entier et qui, maintenant, est en train de devenir un pays qui les accueille. D’autres pays encore comme l’Espagne ou le Portugal résistent plus à cette approche alors qu’eux-mêmes sont devenus des pays qui reçoivent de nombreux migrants. Les attentats récents en France et il y a peu au Danemark, ceux avortés en Belgique, montrent l’importance des clivages, des ruptures, des abymes au sein de notre société qui, multiculturelle, n’inclut pas tous ses enfants, les laissent aux marges, à la merci de toutes les utopies meurtrières et des affiliations tragiques car suicidaires et violentes. Ainsi la clinique transculturelle doit apprendre à soigner les familles et les patients d’où qu’ils viennent, à bien les soigner mais aussi elle doit contribuer à mieux comprendre comment se joue la place de chacun dans la société, dans une société « bonne » pour tous. Cette expression vient de la formule d’Adorno « Peut-on mener une vie bonne dans une mauvaise vie ? » que Judith Butler (2014) a repris sous la forme « Qu’est-ce qu’une vie bonne ? » pour se demander que valent nos aspirations morales quand la vie…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.
dossier
7 articles
Actualité de la clinique transculturelle