La régression entre traitement chirurgical et préoccupation maternelle primaire
article

La régression entre traitement chirurgical et préoccupation maternelle primaire

Ma pratique de clinicien et de chercheur en maternité m’a permis de mesurer la profondeur d’une évidence : l’espace-temps de la périnatalité constitue une étape clé de l’aventure humaine. Hommes et femmes mortels s’y inscrivent dans une éternité générationnelle faute d’une éternité individuelle. Les enjeux narcissiques en présence sont à la mesure de cette transaction. 

Dans cette chorégraphie périnatale entre Éros et Thanatos, l’écart fondateur entre origine et originalité s’y déploie de manière toujours singulière… pour le meilleur et pour le pire. Chaque scénario - toujours unique - se distribue schématiquement entre comédies humaines et tragédies. C’est précisément, la proximité, la labilité, la réversibilité et souvent, l’intrication, entre variations du « suffisamment bon » de la comédie et souffrances extrêmes de la tragédie qui caractérisent le chemin de crête de cette zone de transition, de remaniements. C’est d’ailleurs en cela que notre boussole psychanalytique est dans ce contexte si essentielle : elle est un constant rappel qu’il n’y a pas de différence de nature entre les tableaux de la « normalité » et ceux du psychopathologique, mais bien seulement des différences de degrés. 

Cette proximité entre comédie et tragédie a conduit notre communauté à considérer cette période périnatale comme une « crise » source de « régression » topique, temporelle et formelle inhérente au processus de maternalité et de paternalité. 

Dans le contexte épistémologique actuel à ce sujet, c’est la célèbre notion de Monique Bydlowski (1991) de « transparence psychique » à l’occasion de la grossesse de la femme qui est généralement convoquée pour nommer cette crise régressive.  De fait, cette notion connaît un très grand succès chez les professionnels et les étudiants. Mais trop souvent, un usage caricatural et surtout, nous le verrons, idéalisant de cette notion en est fait,…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.