Le travail du négatif dans les troubles alimentaires
article

Le travail du négatif dans les troubles alimentaires

Le négatif à l’œuvre chez certains sujets hyperphages 1, se manifeste par une déclinaison d’hallucinations négatives concernant principalement et paradoxalement l’acte de se nourrir et l’image corporelle telle qu’elle est effacée dans le miroir. Le négatif traduit la désertification psychique propre à l’attaque des liens internes, l’œuvre du narcissisme de mort ainsi que la déprise mortifère des objets externes par le Moi, qui, en tentant de les expurger, se liquide lui-même en tant qu’objet d’investissement pulsionnel. « Il se fait disparaître devant l’intrusion du trop-plein d’un bruit qu’il faut réduire au silence 2 ». Ainsi se constitue au sein de l’appareil psychique un espace d’anti-liaison et d’antimatière, soit le négatif de l’espace où le Je peut advenir3.

Les enclaves autistiques

Marie, que je rencontre dans un cadre analytique en face à face depuis de très nombreuses années, était venue me voir, enjointe par plusieurs personnes de son entourage, sans être convaincue, dans les premiers temps de la cure, que la parole puisse l’aider d’une quelconque manière. Cette femme d’une cinquantaine d’année, très obèse, était marquée par de nombreuses pertes traumatiques : sa mère alcoolique lorsqu’elle avait sept ans, sa tante qui l’avait alors recueillie alors qu’elle terminait sa puberté, puis son premier mari dans un incendie domestique. Il semble, tel que Marie put le reconstruire dans l’après coup de nos séances, que chacun de ces deuils fut suivi d’une prise de poids considérable. Marie évoquait des conditions de nourrissage catastrophiques : « Ma mère a commencé à boire quand je suis née et lorsque mon père l’a quittée. Je l’ai toujours vue vider ses verres avec le regard perdu dans le vague, elle ne me regardait jamais en face. Sa chérie c’était la bouteille, pas moi. Elle me gavait pour…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.