“Miroir, mon beau miroir…” Blanche-N ou l’idéal de normalité comme entrave du soin
Dossier

“Miroir, mon beau miroir…” Blanche-N ou l’idéal de normalité comme entrave du soin

Introduction

Tout enfant est celui d’un regard, et celui-ci doit être « vivant »1 pour permettre la construction identitaire de cet infans. Un « regard vivant », c’est à la fois la capacité de la mère à se mettre à la place de son enfant, mais aussi les moyens actifs qu’elle déploie pour traduire et lui restituer, les états émotionnels qui le traversent. C’est ce que Winnicott désigne sous le terme de regard-miroir de la mère2.

Si pour regarder il faut percevoir, ressentir et être traversé par une émotion. Que se passe-t-il pour l’enfant lorsque sa mère est aveuglée par ses propres états émotionnels, et ne peut donc percevoir que ceux-ci, et non ceux que lui adresse son bébé ? Ce n’est alors plus l’enfant qui sera reflété, mais la mère qui se reflètera à travers lui ; les places étant inversées, à la mère-miroir se substituera un « enfant-miroir ».

Nous allons aujourd’hui porter notre attention sur l’évolution de cet « enfant-miroir », devenu un « adolescent-miroir ». Quelles seront les conséquences sur lui de ce défaut d’identification de sa mère, et quelles difficultés risquent de se répéter dans le soin ?

Nous pensons que ce défaut d’identification aura des effets terribles sur le plan de la construction identitaire. Une mère qui ne peut s’identifier à son enfant, ne peut l’identifier. Si elle ne reconnaît pas la différence, la singularité, l’unicité de son enfant, elle ne lui donnera pas les outils indispensables à la création d’une identité propre. N’ayant pas été identifié par sa mère, l’adolescent pourrait ne pas s’identifier lui-même ; le risque étant alors que par identification à cette mère qui n’a pu le regarder vraiment, il ne puisse poser un regard juste sur…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.
dossier
7 articles
Jeu de regard et construction du jeu