La honte. Écouter l’impossible à dire

La honte. Écouter l’impossible à dire

André BeetscheBrindusa PetrescuJacques André

Editions Puf, 2017

Bloc-notes

La honte. Écouter l’impossible à dire

C’est à une exploration de l’économie de la honte et de sa dynamique dans le traitement analytique que nous invite ce volume de la Petite bibliothèque de psychanalyse, sous la direction de Fanny Dargent et Françoise Neau. Honte primaire ou secondaire, affect inconscient, affect couverture, contre-affect, possiblement contagieux, pulsion en acte… sont un aperçu de l’exploration poussée de cet affect qu’offre l’ouvrage au lecteur. Les auteurs proposent une réflexion métapsychologique sur le statut de la honte, ses fonctions entre résistance et protection, mise à l’abri, exhibition, et ses liens intimes avec le sexuel infantile, le débordement pulsionnel, la défaillance du moi, la passivation et la détresse.

Jacques André ouvre la réflexion sur les figures possibles de la honte. Il rappelle que la honte, narcissique par excellence, se traduit par une division entre soi et l’autre, et est habituellement opposée à la culpabilité, qui sait davantage trouver l’issue de la réparation. Tandis que la honte ne pourrait que se draper dans le mépris.

André Beetschen envisage la honte comme une exposition (au regard de l’autre) de la défaillance du moi, c’est-à-dire le dévoilement d’une soumission passive face au débordement pulsionnel : une honte de la passivation subie, la soudaine exposition d’un moi en détresse, une dévastation narcissique. La honte retient l’Othello de Shakespeare, elle le protège contre la haine et le désir d’humiliation mélangés à l’excitation folle de la pulsion scopique. La haine et la jalousie (ou « rage ardente ») convoquent le débordement pulsionnel et la défaillance du moi. La honte trahit toujours l’afflux pulsionnel, comme dévoilant un « flagrant délit de pulsion ». Toute expérience de passivation est constitutive de la honte primaire (Janin) et laisse le sujet dans un état de détresse.

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.