dossier
7 articles

Existe-t-il une psychologie de la mort ?

Coordonné par Marie-Frédérique Bacqué

La psychologie de la mort ne se réduit pas à la psychologie des mourants, car elle reposerait sur peu de choses généralisables, elle n’étudie pas l’expérience de la mort car elle ne pourrait ni la décrire ni l’analyser. Il n’y a pas d’expérience de la mort, si ce n’est de celle d’autrui. La psychologie de la mort ne peut pourtant pas non plus se résumer à la psychologie du deuil. La psychologie de la mort étudie les fantasmes individuels de mort, ceux dans lesquels, une personne à qui l’annonce d’une maladie grave a été faite brutalement, va plonger, un condamné à mort va errer, un enfant qui a peur du noir va tenter de maîtriser… De là découleront les attitudes face à la mort. Ces attitudes varient aussi en fonction des cultures et des croyances, elles influencent toute une psychopathologie retrouvée dans les délires mélancoliques, les provocations suicidaires, les pulsions meurtrières… La psychologie de la mort croise donc aussi les représentations collectives de la mort, les eschatologies élaborées par toutes les civilisations tentant tour à tour d’assagir, de menacer, de prévoir… Mais ces morts plurielles, planétaires ou cosmiques de jadis semblent s’étioler face à une mort post-moderne biologique, rationnelle, sans épaisseur fantasmatique… La mort a longtemps appartenu au domaine des forces occultes. Mais cette projection, à l’extérieur, de la peur qui assaillait l’homme ancestral, est-elle à l’origine du développement extraordinaire de sa pensée ? La mort n’est pas que blocage et sidération, elle est au contraire la source de l’imaginaire.

Thématiques
  • Tous
  • Deuil
Dossier

L’embaumement nostalgique, entre deuil et dépression

Paul Denis

« Je ne blâme pas celles qui oublient, je les admire comme des natures fortes, nécessaires ; mais j’ai l’infirmité du souvenir !… » Balzac, Honorine.   S’il existe une psychologie de la mort ce ne peut être qu’une psychologie…

Lire la suite
Dossier

Est-ce encore rationnel de mourir aujourd’hui ?

Roland Gori

Ce texte reprend en partie l’introduction de notre ouvrage Exilés de l’intime La médecine et la psychiatrie au service du nouvel ordre économique, Roland Gori, Marie-José Del Volgo, Paris : Denoël, 2008. La vie est jusque dans ses aspects les…

Lire la suite
Dossier

S’accomoder de ce qui reste

Laurie Laufer

Une simultanéité contradictoire « Je suis devant ta mort comme devant une énigme », écrit Christian Bobin, dans La Plus que vive1. Comme Œdipe devant le Sphinx, Freud se heurtait à cette énigme : « Le deuil est une énigme,…

Lire la suite
Dossier

Mort biologique, mort cosmique

Georges Chapouthier

A certains égards, l’une des caractéristiques des êtres humains par rapport aux (autres) animaux est un sens aigu de la durée. Non pas que le sens de la durée soit absent du monde animal : un chien qui attend son…

Lire la suite
Dossier

Existe-t-il une psychologie de la mort ?

Marie-Frédérique Bacqué

L’accès aux représentations de la mort suit le développement psychique de l’enfant, mais la conscience de la mort n’advient qu’avec la conscience de soi. Cependant il faut une certaine maturité pour accepter l’irréversibilité et l’universalité de la mort. Des mouvements…

Lire la suite
Dossier

Les bébés des limbes. Réflexions sur le deuil périnatal

Marie-José Soubieux

La mort a toujours inquiété, fasciné, terrorisé l’homme depuis les débuts de l’humanité. Il a cherché sans répit à la repousser, à l’apprivoiser, à la dompter sans toutefois y parvenir ! Il a fini par se raisonner. Ainsi depuis tout…

Lire la suite
Dossier

Se séparer c’est mourir

Isée Bernateau

Pourquoi la séparation évoque-t-elle de si près la mort ? Pourquoi toute séparation, même minime, s’éprouve-t-elle bien souvent comme la menace d’une perte, à la fois de soi-même et de l’autre ? Serait-ce que toute séparation, même très provisoire, entraîne…

Lire la suite