Histoire d’échecs à la post adolescence
Dossier

Histoire d’échecs à la post adolescence

Notre propos portera sur la question de l’échec dans le cadre du travail psychothérapique avec des étudiants reçus dans un BAPU (Bureau d’Aide Psychologique Universitaire). La prise en charge y est conditionnée par le statut étudiant, donc limitée dans le temps, ce qui n’est pas sans conséquence sur la relation transférentielle.

On ne peut pas parler des étudiants, sans les situer dans cette période de post-adolescence allant de 17 ou 18 ans jusqu’à 30 ans. Âge où ces jeunes adultes en quête d’identité sont confrontés à des renoncements et des deuils qui les mèneront à une autonomisation et à la séparation du milieu familial, à des choix professionnels, sentimentaux… à accepter de nouvelles règles et se confronter à l’inconnu, dans une paradoxale dépendance à leurs parents. « Ces premiers choix nécessitent une prise en compte de la réalité extérieure sociale et individuelle qui s’impose alors au sujet et provoque un traumatisme qui inaugure la phase post-adolescente… Il y a un désillusionnement par rapport aux idéaux d’adolescents. » (Kalyane Fejtö).

Dans notre système universitaire, les étudiants sont souvent livrés à eux-mêmes. Ils ont peu de contacts avec le corps enseignant, subissent des amphis ou des TD surpeuplés et, ces derniers temps, un très grand isolement avec la pandémie que nous traversons. Ces conditions renforcent leur sentiment d’isolement et la sensation d’être laissés tomber. Leur narcissisme est mis à rude épreuve par une institution fonctionnant sur un mode binaire réussite-échec à un examen ou à un concours dont les résultats ne reflètent pas le travail de toute une année, pas plus que leurs aptitudes à exercer leur futur métier. Comme l’écrit Henri Danon-Boileau : « Tout le système est fait pour susciter une angoisse et mobiliser des…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.
dossier
6 articles
Les logiques de l'échec