On souffre du non approprié de l’histoire, on guérit en l’intégrant
article

On souffre du non approprié de l’histoire, on guérit en l’intégrant

Introduction

Le titre général de notre rencontre invite à une réflexion sur ce qu’est « soigner » en psychanalyse, mais il convie aussi, comme un préalable inévitable, à réfléchir sur ce qui rend « mal ». Il y a en effet une forme de solidarité entre la « « théorie » de la souffrance psychique et la représentation du processus soignant qui est proposée en réponse à cette souffrance. Nous sommes donc naturellement conduits à une première réflexion sur la théorie de la souffrance psychique, sur les théories de la souffrance même sans doute, sous-jacente aux formes de la pratique psychanalytique.

Souffrir

Sans reprendre dans le détail toute la complexité de l’histoire des différents modèles qui se sont succédés dans l’histoire de la pensée psychanalytique du soin, on peut rapidement rappeler quelques jalons de celle-ci. Le premier énoncé est sans doute celui de la Communication préliminaire de 1893 : « l’hystérique souffre de réminiscence ». Certains mouvements psychiques, certains désirs, certains conflits opérants au sein de certaines situations de vie ont été refoulés en raison de leur caractère inacceptable pour le sujet. Mais le refoulement ne les fait pas disparaître, il les rend seulement inconscients et oblige à leur déguisement. Cependant ils continuent d’agir au sein de la psyché où ils se ne manifestent plus dès lors sous la forme de souvenirs mais sous une forme méconnaissable, déguisée, symptomatique. La souffrance et les symptômes psychopathologiques, témoins de cet état de fait, sont donc des formes de « réminiscences » et de « reviviscence » des situations de vie passées et refoulées. Dans cette logique, « on guérit en se souvenant », et la psychanalyse doit aider à la découverte et à la clarification des situations refoulées, pour transformer la réminiscence en souvenirs. De proche…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.