Travail du féminin et renoncement pulsionnel
article

Travail du féminin et renoncement pulsionnel

Danielle Margueritat repense à la manière dont Robert Pujol reprenait la revendication des féministes : « ce qu’aiment les femmes disaient les féministes, c’est le milieu... aqueux. Question, comment l’écrire ? » (2007, p. 151).

Le renoncement pulsionnel accompli par le « petit primitif » qui doit parcourir en un raccourci presque étrangement inquiétant une longue portion du développement culturel humain (Freud, 1938, p. 279) nourrit à la fois le progrès et l’hostilité à la culture, où le dédommagement culturel est rarement à la hauteur du dommage pulsionnel. Et, c’est un paradoxe majeur que la violence du surmoi se nourrit et se renforce de chaque renoncement, parce qu’il dénonce à la fois l’intensité et l’indestructibilité des vœux meurtriers et le désir érotique dont on s’abstient, paradoxalement source de culpabilité. Dans Sur la prise de possession du feu (1932), Freud, à partir du mythe de Prométhée, fait dériver la maîtrise du feu du renoncement au plaisir homosexuel de l’éteindre par le jet d’urine, représentant une « grande conquête culturelle ». Le feu y est associé à l’érotisme urétral et l’ambition. Dans la tige de fenouil que Prométhée a volé aux dieux et transporte pour aller le remettre aux hommes, Freud propose qu’il ne s’agit pas de feu mais d’eau, celle du jet d’urine, par le processus du renversement en son contraire. Bien qu’il s’interroge en une courte incise sur le caractère creux de cette tige, il soutient le symbole de la « tige-pénis ». Plusieurs, et particulièrement Jean Laplanche ont commenté cet « évitement » qui aurait pu conduire à des interrogations sur la bisexualité psychique et le symbole du vagin. C’est aussi l’érotisme urétral chez la fille qui est évité, sur lequel nous nous sommes attardées (Carton, Djardem, 2018). Il est notable que l’écriture de Prométhée ne suit que de trois mois la…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.