Aléas du travail du féminin chez l’homme vieillissant
article

Aléas du travail du féminin chez l’homme vieillissant

Pascal Quignard l’a illustré avec force dans Le sexe et l’effroi, nous sommes les héritiers d’une représentation de l’homme grec ou romain vertueux (la virtus du vir) qui se doit d’être puissant, au sexe saillissant et à la semence jaillissante, qui s’impose et intimide. C’est dire l’anathème jeté sur l’homme impuissant et détumescent, en proie au taedium vitae, au rabougrissement, à l’impotence, saisi par l’effroi de l’inertie et de la mort. Dans notre société contemporaine où il est de bon ton de vieillir sans que cela se voie, il faut pour « bien vieillir », vieillir dans de bonnes conditions financières, de santé physique et psychique, d’insertion sociale, d’adhésion aux technologies contemporaines, de pratiques sexuelles, afin de ne surtout pas rappeler aux jeunes générations et aux jeunes seniors - la silver community (la communauté argentée) -, que le temps passe, et que les limitations, les difficultés, les désorganisations du corps, et la mort sont quand même tôt ou tard le lot de chacun. Il faut se prendre en main, s’assumer, se dépasser, prendre sur soi, aller de l’avant, modèle identificatoire fascinant et violent qui exacerbe tant l’énergie dépensée et exhibée que l’enveloppe physique, verbale, comportementale, cognitive qui en met plein la vue, tant la soif de conquête perpétuelle que l’obligation de réussir jusqu’à son vieillissement.

Mais le fiasco visible de toute prétention à l’érection éternelle n’est pas sans exiger un intense travail psychique d’élaboration de la bisexualité psychique. Et l’expérience de psychothérapies analytiques d’hommes vieillissants qui, pour cause accidentelle traumatique ou pour cause de fragilité somatique, se retrouvent en situation de handicap, permet de discerner combien le jeu des identifications sexuelles joue en effet un rôle capital dans l’élaboration des conflits psychiques mobilisés dans l’actualité et l’après-coup. Ce corps qui ne se tient…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.