Psychanalyse, violence et institution publique de soin : un P.A.R.I.
article

Psychanalyse, violence et institution publique de soin : un P.A.R.I.

« La psychanalyse ne peut prospérer que là où règne la liberté de penser »
Anna Freud (Lettre à August Aichorn, 22 février 1946)

Introduction

Les nouvelles cultures d’entreprise exportées dans les systèmes de soins, via le développement de logiques administratives évaluatives et évaluantes, ont besoin pour fonctionner d’abraser la diversité et donc les différences que cette dernière génère, au bénéfice d’un « peuple de soignants » partageant une seule et même culture. Les soignants devenant alors des effecteurs de soins substituables les uns aux autres en fonction des besoins du gestionnaire de planning dans une optique louable d’économie d’échelle. Or, en psychiatrie la culture du soin ne semble devoir s’étayer que sur la rencontre entre un sujet soignant et un sujet souffrant. Contrat toujours singulier qui autorise peu - a priori - la normalisation du soin et le prêt-à-penser. C’est dans un tel contexte que l’on voit se développer depuis quelques années une maltraitance institutionnelle d’un modèle du soin inspiré par la pratique analytique. Ces attaques confinent à un parti pris idéologique qui ne tient compte, ni de l’histoire de la psychiatrie (et ce qu’elle doit à la psychopathologie psychanalytique), ni de la notion d’une culture du soin cohérente liée à un territoire culturel. La pathologie psychique, plus que toute autre, est articulée à un développement civilisationnel. Environnement, société et pathologie psychique sont consubstantiellement liés. Si les attaques contre la psychanalyse ont de tout temps accompagné son développement, elles se sont accélérées et acutisées ces dernières années. Que l’on songe tant aux propos de Mme Carlotti imposant une mise au pas des équipes qui ne travailleraient pas dans un sens donné dans les cas d’autisme qu’à ceux de D. Fasquelles voulant interdire l’exercice de pratiques analytiques1. Jusqu’à il y a peu, devant de telles attaques, on aurait parlé d’ingérence mais en…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.