De l’esprit de la psychiatrie
article

De l’esprit de la psychiatrie

Dans son discours Le savant et le Politique (1919), Max Weber s’interroge sur la responsabilité des pacifistes allemands dans le déclenchement de la première guerre mondiale ; et plus généralement des fonctionnaires et politiques. Il distingue une « éthique de conviction » (déontologique, idéaliste, mais projective), à une « éthique de responsabilité » (téléologique, qui répond à des « conséquences prévisibles de ses actes », tenant compte des « défaillances communes de l’Homme »). Dans une tension dialectique entre ces pôles, la psychiatrie comme la politique, sont lieu de violence ; violence paradoxale dans son fondement (Hochmann, 2015) : en même temps qu’ils internent les « aliénés » (donc les excluent au service de la norme sociale), Jean-Baptiste Poussin et Philippe Pinel les libèrent (et tentent une subjectivation).

Par ailleurs, le quotidien du soignant s’étire entre une éthique de l’Autre (singulier, irréductible à tout autre) et une éthique de santé publique (collective). Ainsi, malgré des inégalités « indignantes », on ne peut céder au déni des conditions économiques permettant notre action. La maîtrise des dépenses de santé reste un impératif éthique : d’une part pour ne pas léguer cette dette à nos enfants ; l’impératif catégorique kantien devient alors « Agis de telle sorte que les effets de ton action soient compatibles avec la permanence d’une vie (…) le plus longtemps possible » (Jonas, 1979) ; d’autre part, dans un souci de juste répartition des dépenses publiques (éducation, justice, etc..) concourant d’ailleurs eux-mêmes à la santé (Rameix, 2002).

Néanmoins, la France d’après-guerre s’est donnée les moyens d’une maîtrise médicalisée de ces dépenses, grâce à la création de la Sécurité Sociale (1945) : centrée sur les besoins des personnes ; non sur la loi de l’offre (maîtrise budgétaire) ou de la demande (maîtrise libérale) ; situant la médecine « hors marché ». Cette maîtrise revient à « la recherche pour chaque patient…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.