« Je suis venu te dire que je m’en vais »
article

« Je suis venu te dire que je m’en vais »

Dans les institutions de soin en bonne santé, on constate que périodiquement se créent des espaces thérapeutiques utilisant diverses médiations : ateliers d’écriture, d’art-thérapie, etc... Les soignants élaborent un nouveau cadre, en définissent les règles, le mettent à l’épreuve. Généralement ce nouveau lieu est l’objet d’un fort investissement de l’équipe : les « indications » affluent. Puis au bout d’un certain temps, ce cadre se banalise, ce qui ne l’empêche pas de perdurer, ou de disparaître tandis qu’un autre projet émerge. Ce phénomène n’est pas seulement lié aux fluctuations de l’intérêt de l’institution pour les diverses théories du soin et leur exercice. Il correspond aussi au transfert des soignants sur leur méthode... et leur institution. Contenantes, cadrantes, celles-ci peuvent être remises en question ; en identification avec les patients la menace est celle d’une stérilisation, d’un enfermement, d’une fétichisation. D’où ce sursaut vital pour qu’un cadre thérapeutique réinventé évite ces écueils et conserve sa valeur transitionnelle.

Ce mouvement créatif, nous le devons aussi sans nul doute à nos patients. Les psychotiques et les adolescents nous obligent à inventer, disait E. Kestemberg. C’est sur leur « partie saine » que nous nous appuyons pour construire un projet qui n’est pas seulement là pour pallier les manques à symboliser, mais aussi pour utiliser ce qu’ils savent mettre en œuvre au regard de leur souffrance psychique. C’est aussi leur part de destructivité qui nous met en échec et nous oblige à une recherche d’innovation thérapeutique.

L’espace pour l’exercice de la psychanalyse est lui aussi à « trouver créer » comme le dit Winnicott, dans toute institution même s’il s’agit d’un centre où l’on ne pratique que la psychanalyse. Cet espace se loge dans l’écart entre le protocole de la cure type et la nécessité d’aménager le cadre…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.