Passer à l’acte ou agir son corps ? Le passage à l’acte à l’adolescence, une possible expérimentation corporelle
Recherche

Passer à l’acte ou agir son corps ? Le passage à l’acte à l’adolescence, une possible expérimentation corporelle

Adolescence : le corps convoqué à l’épreuve du changement

À l’adolescence, le corps se voit replacé au centre comme donnée essentielle et incontournable. Le corps silencieux de l’enfance, dont les sources excitogènes sans avoir disparues se sont vues apaisées par la période de latence, fait de nouveau aujourd’hui du bruit. « Cette excitation corporelle, que j’entends au sens large du terme, avec tout l’appareil psychique qui lui répond, entraîne une resexualisation de la desexualisation sublimée ou de la socialisation de la période de latence » (E.Kestemberg, 1986). L’irruption de la puberté vient bouleverser un certain nombre de repères qui garantissaient jusque-là une linéarité, une continuité corporelle. Elle représente une rupture et place ainsi provisoirement le développement sous le signe de la discontinuité. L’avènement de cette nouvelle réalité somatique effracte et ce d’autant plus qu’elle s’impose brutalement. La puberté met à mal les repères identitaires, les étayages sur lesquels l’adolescent s’était progressivement construit. Elle vient modifier ce qui était jusque-là un aménagement opérant et qui va devoir se réorganiser au regard de cette nouvelle conflictualisation que le pubertaire engage. Les modifications corporelles engagent des remaniements identitaires profonds en interrogeant l’identité sexuelle et amènent un réamenagement nécessaire des liens aux objets parentaux. Le corps pubère serait désormais capable d’agir les fantasmes incestueux, qui jusque-là étaient d’autant moins préoccupants qu’ils ne pouvaient être réalisés.

Le rapport au corps va se trouver profondément questionné dans ses fondements les plus anciens. L’adolescence est marquée par le bouleversement de l’équilibre libidinal. Cette augmentation quantitative de la pression pulsionnelle est ce qui caractérise le début de la puberté. Une intensité pulsionnelle dont la violence semble parfois attaquer l’adolescent. Le corps paraît comme assiégé, pris d’assaut par des pulsions d’une puissance et d’une impétuosité nouvelles. L’adolescent…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.