Le passion du chiffre. A propos du patient au travers de la grille symptomatique
article

Le passion du chiffre. A propos du patient au travers de la grille symptomatique

Les manuels de psychiatrie enseignent une sémiologie comportementale et subjective, dont la lecture se veut compréhensive, cohérente, orientée par ses effets sur la pratique. Elle est en quelque sorte contextualisée par un cadre général de pensée. Isolée de ce cadre, prise au pied de la lettre, sa mise en pratique révèle ses travers. Quand l’interne Nicolas Leblé analyse le risque de production du symptôme, non seulement par le patient, mais aussi du fait de son objectivation, il questionne implicitement la responsabilité de la psychiatrie. Ce qui est justement un des aspects de notre questionnement du jour : la responsabilité. Il montre bien dans son analyse les effets du puissant réductionnisme qui s’impose aujourd’hui. Comment une grille de lecture essentiellement comportementale le conduit au cours d’une intervention quotidienne au chevet du patient, dans l’antre clinique d’une enceinte hospitalière, à se retrouver face au détraquement de l’outil sémiologique, coincé dans l’opposition subjectivité/objectivité. Je propose ici de suivre ses pas, lorsqu’il cherche à rencontrer ses patients, et de nous poser avec lui cette question : par quel tour de passe-passe s’est-il retrouvé ainsi coincé dans ce qu’il convient d‘appeler l’objectivisme ?

Pour ne pas sombrer dans un « déclinisme » hypocrite, je propose qu’on joue ici le conflit des générations, conflit structurel lié au renouvellement des médecins, comme à l’inexorable temps qui passe. Nous n’allons pas chercher à nous convaincre que c’était mieux avant. Nous allons essayer ensemble, de mieux identifier un des obstacles qui enserre le soin psychique aujourd’hui. Dans ce propos, je voudrais prendre la défense des psychiatres, non pas pour les déresponsabiliser, mais au contraire pour mieux situer les enjeux de leurs décisions : leur responsabilité. Je partirai de l’expérience ici rapportée, quand Nicolas Leblé constate que l’opposition objectif et subjectif s’avère une chausse trappe, pour essayer…

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Les abonnements Carnet Psy

Accédez à tous les contenus Carnet Psy en illimité.
Découvrir nos formules
Vous êtes abonné(e) mais ne connaissez pas votre accès, cliquez sur mot de passe oublié. En cas de difficulté, nous sommes à votre disposition à carnetpsy@gmail.com ou au 01 46 04 74 35.